Bouches à oreilles

Publié le 4 février 2018 Mis à jour le 5 février 2018

Jeudi 25 janvier a eu lieu la Nuit des idées : soirée de commémorations et souvenirs de Mai 68, rythmée par des animations, des performances artistiques et des conférences en tout genre. Le campus était en ébullition et se remémorait ce moment de tensions et de fièvre révolutionnaire. L’art fut au centre du programme, tant du point de vue pictural que théâtral. La musique a également connu son moment de gloire avec la représentation hip-hop de quatre étudiants.


Ces derniers ont assuré un free-style convaincant, jeune et dynamique. Le public, arrivé en masse aux alentours de 18h, semblait conquis par cet élan de jeunesse et de modernité. Ricardo, Léo, Anthony et Mano nous ont proposé une improvisation de rap sur fond de beat-box où chacun, rentrant dans le cercle, nous faisait partager son style d’écriture et son flow spécifique.

Cette performance nous renvoie au contexte musical de Mai 68, indissociable des révoltes et manifestations étudiantes. La contestation de l’époque était galvanisée par le rock'n roll. Aujourd’hui, c’est le rap qui porte cet étendard, et il résonnait dans l’enceinte du Millenium. Le collectif n’a eu besoin que d’une pédale et d’un micro pour assurer une représentation unique et sans artifice. La guitare n’a fait son entrée qu’à la fin du set, pour accentuer une musicalité originale.

Quand on interroge les performeurs sur leur vision des événements de 1968, ceux-ci évoquent avant tout « une évolution » du système et des mœurs. Ils relient également les révoltes étudiantes aux parents, qui ont été les premiers concernés par cette contestation, peu importe leur âge à ce moment précis. L’un d’eux soulève cependant la notion d’« échec » au regard des aboutissements et conséquences des manifestations. Ces quatre étudiants ont pu, le temps d’une heure, transmettre leur vision de Mai 68 au travers de leur art.

Mis à jour le 05 février 2018