Retour sur les performances artistiques : Georges Kaplan 1 et Nanterre la Folie

Publié le 3 février 2018 Mis à jour le 5 février 2018

Dans le cadre de la Nuit des idées se sont déroulées des manifestations artistiques. L'occasion d'aborder des thèmes et des enjeux propres au mouvement de Mai 68 par le biais de l'art.

Performance George Kaplan 1


Tout commence dans l'obscurité : un groupe de personnes surgit mystérieusement avec des lumières sur leurs casques, en hurlant, prenant ainsi le public par surprise et suscitant même en eux de la peur. S'ensuit alors l'arrivée sur scène des artistes, certains portent des masques, d'autres des sacs en papier sur la tête. Ils distribuent ces mêmes masques à certains membres du public, afin de les faire participer à leur performance. Certains ont même eu le plaisir d'être filmés avec lesdits masques et les images étaient diffusées sur scène.

Le but de cette performance est de définir ce qu'est une « réunion ». C'est une manière ludique pour les artistes de parler de démocratie à partir d'une dispute à propos de la prise en compte des votes et la prise de parole.

Nous avons rencontré l'une des artistes présentes sur scène qui nous présente la troupe : elle est composée de jeunes artistes qui viennent du conservatoire de Caen, et qui ont entre 20 et 25 ans. Ils se sont d'ailleurs produits à l'université Paris Nanterre lors du festival Nanterre sur Scène 2017. Chaque membre travaille en équipe et est spécialiste de sa discipline : danseur, régisseur de lumière, musicien, vidéomonteur.

Fait intéressant : à chaque représentation du groupe, plusieurs scènes différentes sont jouées et elles sont issues d'un film qu'ils produisent en indépendant.

Passionnés, ils sont tous diplômés et espèrent bien faire de leur activité leur métier. Leurs performances n'étant pas rémunérées, ils comptent sur cette liberté pour se démarquer. Leur participation à la Nuit des idées de l'université Paris Nanterre leur apporte ainsi une expérience et de la visibilité.


Performance : Nanterre la Folie
Cette performance raconte une histoire qui se déroule en 1968. Elle nous plonge dans l'atmosphère propre à cette période. On suit à travers les trois artistes de la performance les sentiments et ressentis de Danielle, une jeune adolescente, et Aïcha, habitant un bidonville. La saynète montre le jugement porté sur une certaine catégorie de la population (les « bidonvilles »), la pauvreté et le désir d'intégration des populations immigrées qui espèrent que leur voix sera enfin entendue, ainsi que les prémisses du mouvement Mai 68 à l'université Paris Nanterre.

Le travail d'interprétation des acteurs a permis aux spectateurs d'être réellement plongés dans l'ambiance de la performance, qui a captivé le public.

Pour couronner le tout, la performance s'est achevée sur une magnifique chanson jouée par un guitariste (NDLR : ce dernier était présent, avec les autres acteurs, tout au long de la performance) où le son, joué sur un air de Claude Nougaro, était en parfaite harmonie avec la voix d'une des actrices.

Nanterre la Folie : une performance captivante, qui valait le détour.

Mis à jour le 05 février 2018