Bientôt les examens

Publié le 12 avril 2018 Mis à jour le 12 avril 2018

Bientôt les examens. S'ils sont sous forme de QCM, vous pouvez passer à autre chose : il vous suffit de savoir noircir les (bonnes) cases. En revanche, s'il s'agit de partiels (dans le cadre du contrôle continu) ou d'examens terminaux (pour les matières sans TD), là, il ne sera pas inutile… de réviser.


Illustration : Pixabay.com/« nile », domaine public

Cette modeste chronique s'est efforcée, au long de cette année universitaire, d'attirer votre attention sur quelques faits de langue. En soi, cela peut vous être utile. En licence, les premiers rapports de stage se rédigent ; en master, on passe au mémoire ; en fin de cycle, c'est peut-être le moment où il faudra faire valoir ses compétences, quand la compétence à rédiger clairement peut être un plus… ou au contraire un moins.

Il n'y avait pas, dans notre approche, de plan systématique. Nous avons picoré quelques questions parce que l'occasion se présentait, parce qu'un exemple de pratique à réviser nous avait été mis sous les yeux par le hasard de quelque conjecture ou, tout simplement, parce qu'en fonction de la vitesse du vent et de la pression atmosphérique (ce qui est une plus jolie formulation que l'arbitraire), tel sujet nous inspirait davantage.

Les examens sur feuille (et non sur QCM) se déroulent, selon les cas, de 90 minutes à 3 heures. Les attentes ne sont pas les mêmes. Quand la durée de l'épreuve est réduite, les futur·e·s candidat·e·s sont généralement prévenu·e·s qu'il faudrait traiter des questions de cours. Sur des épreuves plus longues — assurément sur celles de trois heures —, on vous demandera de mener une réflexion (et je ne parle pas des mémoires qui se finissent parfois de nuit à grand renfort de café).


Dans ce billet d'avant session d'examen, nous n'allons pas vous en infliger des révisions supplémentaires de plus : l'étudiant·e doit gérer son temps, et donc ses priorités. Revenons simplement sur cinq points essentiels (des renvois vers l'article complet vous seront proposés à partir des expressions en gras).

PREMIER POINT : SOIGNEZ VOTRE « CHASSE AUX IDÉES » ET VOTRE PLAN. Détaillez-le. Pas seulement : I, A mais : I, A, 1er point, *argument 1, *argument 2 ou contre-argument. Si vous avez relevé vos connaissances utiles, leur présentation et leurs enchaînements logiques, ça vous permettra de vous concentrer après sur l'écriture. Si vous avez un plan sommaire qui manque d'éléments étayés, vous aurez tout à faire à la fois et ça va vous amener à une écriture très et sans doute trop complexe.

DEUXIÈME POINT : FAIRE COURT. Il découle de ce qui précède. C'est le principe de Clemenceau (Georges) : une phrase, c'est une sujet, un verbe, un complément direct. Bon, on schématise, mais bloquez le stylo dès que vous pensez à écrire : a) et ce voir ici; b) en ---ant (gérondif) ; c) une proposition relative. Le gérondif (en ---ant …) ou la proposition relative sont possibles, et même parfois nécessaires, mais seulement si ces éléments sont brefs. S'ils ont plus de six ou sept mots, c'est qu'une coupure est nécessaire en faisant une autre phrase. La langue française est pleine de connecteurs ou d'expressions qui permettent la transition (d'un autre côté, d'autre part, de fait, sans parler du célèbre en même temps).

TROISIÈME POINT : ÉVITER LES ERREURS SYNTAXIQUES FRÉQUENTES. Ce sont celles qui passent le plus mal. Ce sont les accords dans le groupe nominal (les partisans déterminés ; Rosa Luxembourg, révolutionnaire engagée ; les armées alliées). Ce sont surtout les accords sujet/verbe. Là où vous avez un sujet au pluriel, le verbe (ou l'auxiliaire du verbe composé se termine par ~nt (~ent ou ~ont) : les députés du tiers état proclament la souveraineté de l'Assemblée nationale par le serment du Jeu de paume ; les plans conçus à partir de 1946 concrétiseront la volonté de l'État d'orienter l'économie. Vous aurez besoin de vous rappeler notre petit truc surl'accord du participe passé. Rappelez-vous qu'on ne trouve ons qu'avec nous, et ez qu'avec vous (oui, je sais, le verbe être est hors norme).

QUATRIÈME POINT : ÉVITER LES CAPITALES ABUSIVES. Si l'institution ou l'organisme est national et unique, la capitale est de rigueur ; sinon, non. Pensez à l'Académie française et à l'académie de Versailles (rectorat). Et n'oubliez jamais que l'État au sens de puissance publique a nécessairement… une capitale !

CINQUIÈME POINT : faites deux relectures en fin d'épreuve. La première, en vous concentrant juste sur le fond (réparer un oubli, vérifier si les auteurs cités sont bien orthographiés)… La seconde, exclusivement centrée sur les accords (et accessoirement les coquilles). Vous me direz qu'il vous arrive de finir d'écrire votre copie de justesse. C'est vrai, mais, si la qualité d'exactitude orthographique est un plus, la qualité académique de votre travail reste un must*. Nous vous le disions au début de cet article : tout·e étudiant·e doit gérer ses priorités !


* L'anglicisme vous est offert, à titre exceptionnel, par la maison.

Mis à jour le 12 avril 2018